Black-Bird University

Que le spectacle commence... Ou que le cauchemar continue !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Contexte du RPG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Elite classe 2

▬Post-it : 862
▬Arrivé(e) : 21/12/2009
▬Âge : 21
▬Localisation : Boston - Black-Bird University
▬Dossier : Envie d'en savoir plus sur moi ?

MessageSujet: Contexte du RPG Sam 5 Fév - 0:20

    2011, Boston, Amérique


    Vous venez tout juste d'arriver dans la Black-Bird University. La principale vous fait visiter votre nouvelle Université et vous remarquez déjà une dizaine d'autres nouveaux prêts à être persécutés par les anciens. La principale vous présente les salles, les chambres, puis s'arrête, vous regarde d'un air grave et vous fait signe de la suivre dans son bureau. Là elle sort un livre d'apparence anodine pour vous mais qui représente en réalité toute l'histoire de cette université. Les pages de ce livre sont jaunes et raccornies et la principale prend de multiples précautions afin de ne pas l'abîmer plus qu'il ne l'est déjà. La femme, d'un âge assez avancé, commence sa lecture avec un grand sourire qui s'efface peu à peu pour laisser la place à un visage grave. Pendant ce temps vous vous êtes assis en tailleur écoutant attentivement l'histoire de la Black-Bird University, votre université.

    La principale se racle la gorge puis entame sa lecture :


    « Il était une fois l'histoire de la Black-Bird University...
    Dès son ouverture, il y a 15 ans, les classes furent très vite remplies du fait que très peu d'universités enseignaient les métiers d'art comme le théâtre, qui était sa principale activité, le dessin, la musique et la danse. Tout le monde était heureux ici et tout le monde adorait le principal, M Arms, qui était certes vieux jeu mais qui connaissait les besoins de chacun de ces élèves. La plus grosse punition qu'il donna à un élève était une heure de colle. Malgré son extrême gentillesse, nul ne lui cherchait des ennuis ou s'enhardissait à faire de "grosses bêtises", et il était aimé et adulé de tous. Malheureusement un jour quelque chose se passa, un élève fut pris en flagrant délit de revente d'alcool à des mineurs. Le principal ne pouvait, hélas, pas laisser passer ça et du renvoyer l'élève qui jura vengeance. Ce dernier s'évanouit littéralement dans la nature et l'on entendit plus jamais parler de lui. Le temps reprit bien vite son cours comme si cet élève n'avait jamais existé.

    Pourtant, cinq ans plus tard, un autre événement imprévu vint bouleverser le cours de cette université : le principal mourut sans cause apparente. C'est la doyenne qui le retrouva étendu dans son bureau. Les secours arrivèrent bien vite mais malgré de nombreux examens, tous plus poussés les uns que les autres, ils ne trouvèrent aucune raison à cette mort si soudaine, il n'y avait ni trace de lutte ni trace d'arme, et sur la cause de la mort ils notèrent un simple « crise cardiaque » puisqu'ils ne trouvaient aucune autre raison... En premier lieu on pensa à un suicide, mais tous ceux qui connaissaient vraiment le directeur savaient qu'il n'aurait jamais fait ça et que cette idée même le répugnait. Ils voulurent tous prouver qu'il s'était fait assassiner mais il n'y en avait aucune preuve. Une enquête fut également mise en place, au début les enquêteurs se donnèrent corps et âmes dans cette affaire qui n'avait ni queue ni tête, et pour beaucoup s'était un moyen de prouver qui ils étaient sur le terrain. Néanmoins, très vite, même le moral des meilleurs enquêteurs tomba à zéro, laissant par la même occasion l'enquête en suspens. Seuls deux d'entre eux continuèrent l'enquête voulant absolument élucider ce mystère digne d'un Sherlock Holmes ! Ils durent enquêter en dehors de leurs heures de travail puisque le dossier fut classé « Sans suite ». Ils n'abandonnèrent jamais les recherches malgré toutes ces années écoulées et leur jeunesse évanouie et viennent encore investiguer dans les moindres recoins.
    La seule chose que toutes ces enquêtes permirent d'affirmer, c'est que juste avant la mort du principal, on entendit plusieurs fois une voix disant « Je jure de faire sombrer la Black-Bird University ! ». Beaucoup d'élèves prirent peur mais la plupart cherchèrent tout de même d'où venaient ces voix. Cependant, elles se faisaient entendre uniquement dans des endroits résonnants et donnaient l'impression de venir de partout à la fois, aussi personne ne put trouver quoi que ce soit.

    Beaucoup d'élèves aimaient le directeur et la plupart ne purent se résoudre à laisser partir son âme. La plupart s'en furent au fil des années mais continuèrent tout de même à raconter cette histoire aux nouveaux, ce qui finit par développer des rumeurs dignes d'un roman policier. Ils ne faisaient pas ça pour leur faire peur mais plus pour honorer la mémoire de M. Arms. Ce crime éveilla chez la plupart de la curiosité, et en même temps une certaine crainte, à l'écoute de cette légende. »

    La principale s'arrête un instant, reprend son souffle après ce long récit, elle tourne une page et vous voyez que l'histoire va bientôt s'achever.

    «Ces derniers temps, des élèves ont tendance à « disparaître ». Certains, les plus courageux, décidèrent d'enquêter et de mettre la main sur cette mystérieuse légende, certains décidèrent d'enquêter seul ou en groupe. Cependant, ils comprirent bien vite que ceux qui restaient dans l'université étaient ceux qui enquêtaient en groupe et ceux qui restaient seuls disparaissaient »

    - Parce que des gens disparaissent ? demande une fille un peu angoissée.
    - J'y viens, il faut comprendre que celui qui a écrit ce livre, c'est-à-dire moi, l'a écrit selon l'ordre des événements et les explications furent parfois trouvées plus tard... Donc je reprend mon récit, nous en arrivons bientôt au bout.

    « Il n'y avait aucune logique au niveau des personnes qui disparaissaient. Ils venaient de villes, de pays différents, avaient des moeurs et des cultures différentes, rien ne les rassemblaient à part le fait qu'aucun d'eux ne faisaient partis de l'élite. Un peu comme si le criminel voulait leur lancer un défi, à ces personnes que l'on juge comme surdouées. Les élèves disparus réapparaissent généralement au bout de trois jours se baladant dans les couloirs ou en salle de cours en train de réviser. Quand on leur demande où ils étaient, ils répondent tous inlassablement « Qu'est-ce que vous racontez ? J'étais en cours ! » et aucun d'eux ne se souvient de ce qu'il s'est passé. On leur fit alors à chacun un bilan de santé complet pour s'assurer que rien ne « manquait » en eux mais rien ne fut trouvé à part une toute petite marque si infime que si l'on avait pas examiné chaque parcelle de leur corps, on ne l'aurait même pas vu. Cette marque était une simple et minuscule croix. »

    - Vous voulez dire que nous aussi on peut disparaître ? Demandez-vous.
    - Hmmm... Je pense que si vous restez en groupe vous n'avez aucune crainte à avoir, répond la principale. Allez on passe à la dernière partie de l'histoire.

    « Pendant une répétition de théâtre les trois élèves de l'élite classe 2 discutèrent de ces disparations et l'une d'entre elles, Morgane Carrington, décida alors d'enquêter seule de son côté, sachant très bien que la plupart des élèves enquêtant seuls disparaissaient mais sachant également que les élites eux ne disparaissaient pas. Elle tomba sur Carmen Scott, qui lui révéla que Matt Delluca lui avait confié qu'une pièce secrète existerait au sein de l'université mais que personne ne sait exactement encore où ni comment cette rumeur est arrivée. »

    La principale ferme le livre avec un sourire triste et une larme à l'oeil. Un élève, dont vous étiez sûr qu'il connaissait tous les Hercule Poirot par coeur, lança :

    - Mais madame pourquoi personne n'a arrêté cet élève ? C'est clair que c'est lui qui a fait le coup !
    - Malheureusement, répond la principale, rien ne l'inculpait et il avait un alibi en béton. C'est sans doute mieux ainsi puisque cet élève était finalement honnête et travailleur. Allez maintenant vu que vous êtes nouveau, on vous libère de cours pour la journée vous pouvez donc aller ranger vos affaires ou faire ce que vous voulez.

    Vous et vos nouveaux camarades commencez à vous lever mais la principale vous fait signe de vous arrêter. Chacun se stoppe dans son geste et l'observe avec curiosité.

    - Restez tout de même sur vos gardes on ne sait jamais ce qui peut arriver. Je ne saurais vous dire si vos études seront un long fleuve tranquille ou une rivière tumultueuse.

    Sur ces derniers mots tous les élèves se dispersent.


_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-bird-universit.forumactif.org

Contexte du RPG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black-Bird University :: Commencement :: Informations d'admission-
Sauter vers: